La nuit du reggae

festival insolent la nuit du reggae 2016 lanester

La deuxième soirée de la collection automne ouvre ses portes à 18h ce samedi 29 octobre et nous avons fait le déplacement à Lanester au parc des expositions qui contient ce soir deux grandes scènes sur les trois proposées par le complexe. Ce soir 7500 personnes sont prévues pour aller (re)découvrir les douze formations artistiques aux influences reggae qui joueront à guichets fermés annoncé sur le Facebook du festival. Il y avait quelques dizaines de places à la billetterie malgré l'annonce des organisateurs.

Commençons par le premier artiste de programmé sur la scène du grand hall : Volodia est un artiste chanteur compositeur montant de la scène française hip hop/reggae, il est considéré comme un véritable "caméléon vocal" et compose avec deux des musiciens de Phases Cachées. Il vient actuellement de sortir son premier album "un pied sur terre" et est en pleine tournée en première partie de Danakil sur la plupart de leurs dates malheureusement nous sommes arrivés à la toute fin des dernières notes de son concert. Nous avons eu la chance de voir un petit aperçu de son talent pendant le featuring avec Jahneration un peu plus tard et il déménage en envoyant ses flows très rapidement : un artiste à suivre et surtout à voir.

Atili Bandalero est beatmaker, DJ et le frangin de Biga*Ranx. Vous l'avez déjà entendu si vous avez vu ce dernier en concert car il est producteur, parolier, dj ou encore choriste pour son frère. Il arrive à jongler et re-jongler avec ses propres riddims ce qui fait que ses sons sont inépuisables. En première partie de show nous le retrouvons derrière ses platines passant beaucoup de musiques crées avec Biga ce qui est toujours appréciable il ambiance le petit hall de Lanester et nous fait vibrer avec ses mixs de qualités. Place à ses deux invités de leurs noms Prendy et Tenor bones. Prendy à une magnifique voix envoûtante et planante. En mars 2016 Atili Bandalero en featuring avec Prendy ont sorti l'album dub "Bridge Over Troubled Dreams" qu'ils ont défendu avec brio. La fin de la prestation nous offre donc une alternance entre ces deux artistes, convaincus par Prendy, nous restons moins surpris par Tenor Bones, qui même s'il enchaîne ses textes rapidement et qu'il est calés au rythme des samplers, il a néanmoins une voix moins originale. Dans l'ensemble une superbe découverte pour nous et un super moment passé.

Petit détour dans le grand hall pour découvrir Ackboo, peu de monde n'a changé de hall pour aller écouter ce compositeur et producteur de reggae dub découvert depuis 2007. Il est accompagné de Brother Culture sur la scène. Ce producteur français nous offre une prestation où il mixe en direct ses propres compos sur console analogique, accompagnés d’effets vintages. Nous sommes restés le temps d’un verre écouter ce prodige qui commence à se faire un nom, avec des apparitions dans plusieurs événements reggae-dub. A revoir pour apprécier à sa juste valeur son talent.

Copyright © Bertrand Corre
Copyright © Bertrand Corre

Il faut dire que La nuit du Reggae nous force à faire des choix car les artistes et groupes s’enchaînent. Place ensuite à Biga* Ranx. Il entre sur la scène du petit hall accompagné de ses musiciens. Cet artiste commence à l'âge de 13 ans sa carrière musicale et façonne ses compositions entre Ragga, hip hop et Dancehall. On l'a découvert avec Joseph Cotton en 2008 avec "Air France Anthem" sur une chanson d'Alton Ellis où son flow exceptionnel le fait connaitre partout dans le monde et surtout dans le monde du reggae et des MCs. Un an après Biga sort la vidéo "It's a shame" qui confirme son talent unique. C'est ensuite avec son premier album sorti fin 2011 "On time" que Biga*Ranx entame une tournée exceptionnelle qui à duré environ deux ans dû au fait qu'il a sorti un album entre temps. Suivant cet artiste depuis ses débuts ; nous ne comprenons pas son évolution et ses choix musicaux de son dernier album même s'il y a de belles choses de faites avec certains titres, dommage pour ce changement de style moins percutant dans l'art de manier les riddims, la vitesse de prononciation des paroles manque. Revenons au concert de ce samedi soir, nous le retrouvons comme nous l'avions découvert en live pendant sa première tournée : magique. Il nous offre quelques anciennes chansons et enchaîne comme nous l’attendions. Cependant, dès que vient le premier morceau un peu plus calme de son dernier album, nous retrouvons l'ambiance qui ne nous plaît pas de son dernier album "Night bird". C'est le moment pour nous de quitter le concert pour retrouver l'un des groupes les plus attendus de cette soirée.

Soldiers Of Jah Army est le groupe américain de reggae qu'il faut voir sur scène avec Groundation (bien entendu) qui n'est pas présent ce soir. La qualité du son de l'orchestre en live est impressionnante et enfin nous entendons les premiers cuivres de cette soirée. Jacob Hemphill le chanteur de S.O.J.A. à un message de paix à faire entendre au monde et compte bien le faire passer ce soir et pendant leur tournée européenne de cet automne. Nous retrouvons également sur certains morceaux le bassiste du groupe Bob Jefferson qui chante avec une voix plus grave made in Jamaïca. Le concert passe à une vitesse phénoménale. Avec une bonne participation du public comme toujours sur leurs morceaux les plus connus dont "Rest of my life", "I don't wanna wait". Il manque peut-être lors de leurs concerts des chansons de leurs débuts notamment avec l'album "Peace in a war time" sorti en 2003, mais on ne va pas leur en vouloir et nous avons déjà hâte de les retrouver pour leur prochain concert tellement leur musique est posée, saine d'esprit et tellement bonne à écouter.

Nous faisons un petit tour pour voir ce que donne LMK et Digital Cut, n'aimant pas la voix de la chanteuse (ce n'est que goûts personnels) nous décidons d'aller manger un petit quelque chose. Les stands sont à l’extérieur, il ne pleuvait pas heureusement pour nous. Les prix sont à peu près corrects sauf pour les végétariens 5€ la petite tartine chèvre il fallait mieux avoir prévu le coût parce que avec une seule c'était trop juste pour un repas.

Copyright © Bertrand Corre
Copyright © Bertrand Corre

Place donc à Dub Incorporation l'un des meilleurs groupe français actuellement et depuis déjà pas mal de temps. Après une bonne quinzaine de représentations vues à mon actif, c’est déjà le troisième concert de cette saison mais leur premier depuis la sortie de leur nouvel album "So What". C’est parti, Bouchkour et Komlan entrent dans l'arène. Notons une énorme entrée sur scène et une très belle connexion avec le public breton qui est selon eux considéré comme le meilleur de France. Deuxième concert de Dub Inc à Insolent pour nous et effectivement à chaque fois le public est bien plus présent que pour chaque groupe que nous avons vu au festival reggae. On ne sait pas ce qu'il se passe à Insolent avec Dub Inc mais c'est la folie à chaque fois. Pour nous, les ayants vu vraiment beaucoup de fois, il manque les tout premiers sons de Dub Incorporation qui sont sortis de "version 1.1 et 1.2" les deux EP sortis juste avant "Diversité" une chanson ou deux seraient les bienvenues pendant leur show pour la nostalgie. Donc encore 45 minutes de concert extraordinaire... ...

Mais il est 23h et c'est au tour de Jahneration de se mettre en jambes sur la scène du petit hall. La très bonne surprise reggae/hip-hop que nous avons découverte cette année s'apprête à faire son entrée mais un petit défaut technique fait que le public s'impatiente car comme nous, pas mal de personnes ont quitté le concert de Dub Inc pour voir ce duo de jeunes prodiges parisiens sur scène. Deux MCs de talent (et oui, encore) mêlant les deux styles avec un gros penchant pour le reggae ils seront accompagnés par leur groupe. Theo et Ogach se font attendre, 15 minutes se sont écoulées le public n'est pas content. Leur projet prend forme véritablement en 2011 lorsqu'ils créent le très bon titre "Me nah fed up" avec Naâman et c'est en 2013 que le groupe crée leur premier EP "The Foreword" et commence à envisager de faire de leur vie professionnelle le reggae. Ensuite le temps que tout se mette en place le groupe signe avec un Label, des musiciens et voilà l'aventure prend un peu plus de formes avec le soutien de Dub Inc en faisant sur beaucoup de leurs dates la première partie. Et effectivement, Dub Inc a des goûts musicaux excellents en ce qui concerne leurs concerts car Jahneration nous à livré un concert de qualité. Nous avons senti qu'il leur faudra prendre un peu de bouteille pour emporter le public sur leurs riddims, pas encore connus mais en même temps il faut noter que la sortie de leur premier album est prévu pour le 25 novembre 2016 donc nous sommes très impatient de revoir "Reload", "No want", "Lighters" parmis les nouveaux morceaux, ils sont en tournée jusqu'à fin 2017 et nous trouverons bien quelques petites dates à leurs consacrer. C'est le seul groupe qui à apporté dans le petit hall un peu de merchandising car ça faisait très vide à cet endroit là de la salle.

Nous faisons un petit tour rapidement pour apercevoir Patrice, toujours aussi suivi et apprécier par bon nombre. Ils se sont massés nombreux pour applaudir les nouvelles créations de cet artiste qui depuis maintenant presque 17 ans fait parti du paysage reggae. Le public peut alors découvrir ses nouveaux titres sorti en septembre 2016 de l’album "Life’s Blood" mélangés avec les classiques qu’il reprend en chœur avec son public.

Copyright © Bertrand Corre
Copyright © Bertrand Corre

C’est ensuite au tour de l'Entourloop sur la scène du petit Hall. Les concerts s’enchaînent à une vitesse folle, les heures passent rapidement et nous faisons des allers-retours pour pouvoir rendre compte au mieux de cette soirée. C’est notre troisième rencontre avec ces 2 DJ’s, The Architect et Deejo, cette année. Une fois de plus, ils offrent une prestation qui correspond aux attentes du public et à nos attentes. Leur son, toujours aussi original, permet de passer un bon moment festif qui a ravi la foule venue s’amasser devant leurs platines.

Nous arrivons à la fin des concerts, il reste un groupe qu’on ne présente plus, Danakil et Vandal qui passent quasiment en même temps nous décidons d'aller voir Danakil que nous avons vu maintes fois également. En début d'automne, ils nous ont fait rêver avec leur nouvel album "La rue raisonne" qui est bien plus engagé cette année que les précédents albums, il y a de quoi avec toutes les manifestations que nous avons eu et c'est donc ce que dénonce le groupe sur scène. Nous avons donc les classiques "Les champs de roses", "Marley", "Mon île" que le public reprend en cœur avec Balik le chanteur mythique de Danakil à la voix si particulière. C'est toujours avec autant de joie que nous les retrouvons cette année, un groupe très proche de son public très fort sur scène et engagé que demander de mieux pour conclure cette programmation. C'est un groupe habitué du festival insolent tout comme Dub Inc, Patrice et Biga*Ranx qui étaient passés il y a deux et trois années.

La collection automne que le festival propose cette année a toujours une programmation riche, certes un peu redondante mais cela fait toujours plaisir de revoir ces artistes devenus cultes dans le monde des festivals. Le reggae reste néanmoins très en marge en terme de médiatisation et ce n'est pas plus mal, c'est ce qui va faire que cette belle musique à de belles années encore à vivre. Rendez-vous l’année prochaine pour une nouvelle édition…

La nuit du reggae 2016 Copyright © Bertrand Corre
Copyright © Bertrand Corre

 

Par infofestival le 04/06/2017

Ajouter un commentaire