Un vendredi soir au Schmoul

Festival du Schmoul 2018

Qui a dit qu’il n’y avait pas des festivals en hiver ? Le vendredi 26 janvier, on a passé une chouette soirée hivernale dans la chaleur de la salle des fêtes de Bain de Bretagne. Retour sur le Schmoul 2018.

Il est 21h30 quand j’entre dans la salle des fêtes pleine à craquer de Bain de Bretagne. Le Schmoul affiche complet ce vendredi et la soirée s’annonce donc plutôt bien. L’ambiance est déjà au rendez-vous puisque les nantais de Ko Ko Mo envoient du bon rock bourrin. Le duo est chaud et plein d’énergie à l’image du batteur torse nu qui s’acharne sur ses percussions. La voix parfois androgyne du guitariste/chanteur contraste avec le coté obscure et désordonné de la musique. Pas de doute, le public est bien lancé.

C’est donc le moment que tout le monde attend puisque vient le tour des Fatals Picards. Est-il encore utile de présenter cette bande de joyeux lurons qui tourne depuis bientôt 20 ans ? Entre morceaux du nouvel album comme « L’amour à la plage » ou des plus anciens comme « Bernard Lavillier », les Fatals Picards sont branchés sur 20000 volts dès le début du concert. L’énergie redescend un peu pour« Mon père était tellement de gauche » et heureusement car il serait impossible pour nous de suivre le rythme pendant 1h30. Pierre Léger joue les ambianceurs de boite de nuit pour les transitions. Il fait ça avec beaucoup de dérision et de second degré, les deux ingrédients qui ont toujours été les armes fatales des Picards. La fin du set est clairement punk et ça part dans tous les sens, ça jump, ça slam et ça pogote à fond dans la foule. Le concert se finira par un medley de groupes punk tels que les Berrus ou la Mano Négra. Et toi cher lecteur, sais-tu s’il y a des punks au Liechtenstein ? On a rencontré les Fatals Picards un peu plus tôt dans la soirée. L’interview sera bientôt sur notre site.

 

Ko Ko Mo - Festival du Schmoul
Ko Ko Mo © Copyright Patrice Dorizon

 

Maillot bleu, short blanc et chaussettes rouges, pas de doute c’est bien le duo Equipe de foot qui a pris place sur scène. Comme leur nom ne l’indique pas, il s’agit d’un groupe de rock. Un duo aux compositions séduisantes qui débutent souvent par des mélodies et une voix pop pour évoluer vers des sons noise plus tranchants et radicaux à la fin. Malgré le faible nombre de spectateurs dans le stade et l’envahissement de terrain par un supporter, les deux joueurs n’ont pas été perturbé et nous ont livré une belle performance. Si vous souhaitez voir une bonne équipe de foot à Bordeaux en ce moment, ce n’est pas au stade Chaban Delmas qu’il faut se rendre mais dans les salles où se produisent Mike et Alex.

C’est un autre duo qui a la charge de clôturer cette belle soirée puisqu’il s’agit du groupe Leska. Composé de Les Gordon et Doucka, le duo rennais s’est forgé une belle réputation ces deux dernières années dans le milieu des musiques électroniques. On les a notamment vus retourner le Hall 8 des Transmusicales 2016. On attendait donc d’eux une belle prestation ce soir et encore une fois ils ne nous ont pas déçu. Mélodique et percutant, leur set est bien équilibré et bien appuyé par les jeux de lumières. A la fois tapageurs et rêveurs, chill et tribal, le duo se joue des contrastes pour livrer une performance complète malgré un public clairsemé. Pour l’ambiance, c’est dommage que le public breton n’est pas été à la hauteur de sa réputation en désertant le site après le concert des Fatals Picards.

Merci au Schmoul pour son accueil. C’était une belle soirée familiale et conviviale.

Par Florent le 31/01/2018

Ajouter un commentaire