Les Z'Eclectiques : une très belle collection automne

Affiche festival Les Z'eclectiques automne 2016

Le festival aux quatre saisons musicales « Les Z'éclectiques » nous présentait sa collection automne le samedi 12 novembre. Si les collections hiver et été laissent place à la découverte, celles du printemps et de l'automne sont en général bien garnies en têtes d'affiche. C'était encore le cas la semaine dernière avec entre autre : Dub Inc, Puppetmastaz, Wax Tailor et surtout Vitalic avec son tout nouveau show. A 19h, Biga Ranx prenait place sur scène. Malheureusement c'était un peu tôt et je n'ai pu assister au set du tourangeau. J'entre tout juste pour voir la fin du concert de Inüit . Le folk des nantais est délicieux et ne manque pas d'énergie mais le son sous le barnum de la petite scène laisse à désirer. On ne peut donc malheureusement pas profiter pleinement de ce concert. J'espère revoir le groupe très vite dans d'autres conditions. A 20h45, des notes de dub se font entendre dans la grande salle où une foule massive acclame l'un des plus gros groupe de la scène reggae française. Dub inc est toujours en haut de l'affiche après 18 ans de carrière. Les stéphanois savent toujours séduire le public qui les suit depuis leur début mais également les jeunes générations. Durant ce concert, ils reprennent des vieux tubes mais également des nouveaux tirés de leur album « So What » sorti en 2016. Tout le public accompagne vocalement les chanteurs sur « Rude Boy ». Le morceau a l'âge du groupe mais le public connaît toujours les paroles par cœur. Comme toujours, le groupe sait mettre l'ambiance comme lorsqu'il propose au public de s'asseoir. A ce moment là, chose rare, toute la salle joue le jeu avant de se lever et de jumper comme des malades. Le concert est métissé, engagé mais aussi très festif. J'ai vu et revu Dub Inc de très nombreuses fois et je dois avouer que je n'ai pas toujours été séduit (trop de blabla parfois entre chaque chanson). Samedi, en tout cas, ils ont mis le feu et tout le public était vraiment dedans. « Quoiqu'ils disent Chemillé était là ».

Le temps de passer aux toilettes et au bar et le concert de Las Aves est déjà terminé. Je suis donc très déçu d'avoir raté la prestation de ce groupe prometteur. Si le public était très nombreux et vraiment au top, l'organisation était un peu dépassée par l'affluence. Trop d'attente aux jetons, bar et toilettes femmes...

Copyright © Clack - Alice Grégoire
Copyright © Clack - Alice Grégoire

Je me console vite car sur scène, Wax Tailor vient nous présenter son nouvel album « By any beats necessary » inspiré en partie par sa tournée aux États-Unis. Il annonce d'ailleurs directement la couleur de son set avec en arrière plan de sublimes paysages États-unien vidéo-projetées. Ses morceaux eux aussi nous invitent à un voyage outre atlantique. C'est très riche en sonorités avec la présence de la flûte traversière et du violoncelle qui apportent une touche instrumentale aux mix déjà très complets de Wax Tailor. Le rythme évolue durant tout le concert. Deux MC posent un flow rapide au début puis une jeune femme à la voix douce vient nous faire planer en milieu de set. La version chantée en live de « The games you play » était tout simplement démente. Les deux MC présents au début reviennent de nouveau à la fin pour terminer le live de manière plus énergique. Un travail collectif que j'ai trouvé très innovant et séduisant. Wax Tailor nous prouve une fois de plus que la musique électronique n'a pas de frontière.

J'oublie ensuite la bière pour ne pas rater le concert de Jungle by Night. Les Transmusicales nous les avaient fait découvrir dans la grande salle du Hall 9 en 2014. Ce soir, les 9 musiciens sont sur la petite scène. Au programme, des morceaux colorés aux influences africaines et sud américaines avec des percus et des instrus à vent. Les hollandais retournent les quelques festivaliers présents devant avec des sons à l'énergie foudroyante. Je suis autant séduit que les voisins qui m'entourent. Cette petite scène manque toutefois d'ambition avec une qualité sonore très moyenne, le bruit du bar derrière et une installation lumineuse basique. Malgré tous les efforts du groupe et la qualité du set, l'ambiance n'est pas à la hauteur de ce qu'elle devrait être.

De l'ambiance il y en aura de nouveau à minuit et demi dans la grande salle avec sur scène Puppetmastaz. Comme son nom l'indique, le groupe est composé de marionnettes et je peux vous dire qu'on a rarement vu des marionnettes déverser un flow aussi ravageur. Au milieu du set, ces petits êtres laissent place à leurs doubles humains. L'ambiance monte alors d'un cran car il est plus facile pour les MC de chauffer la foule en avant scène. Les marionnettes feront leur retour en fin de show pour clôturer le concert. Les timbres de voix étaient variés et les flow très propres. Tout ceci sur un fond sonore entraînant qui fait qu'on ne peut pas rester indifférent au passage de Puppetmastaz. Les allemands tournent cependant depuis longtemps et lorsqu'on les a déjà vu, il n'y a plus trop d'innovation et l'effet surprise créé par les marionnettes a disparu. Le concert était tout de même plein d’énergie et le courant hip/hop déversé a électrisé le public.

Copyright © Clack - David Gaillard
Copyright © Clack - David Gaillard

Je n'assiste pas au concert de Dope DOD venu remplacé au pied levé Rebeka Warrior. J'ai déjà vu plusieurs fois cette formation hip/hop néerlandaise et c'est un peu trop trash pour moi. Leur rap hardcore qui cogne dur a dû tout de même ravir les fans du genre.

02h00, on ne le sait pas encore mais on va prendre une grosse claque. L'un des pionniers de la scène électronique française fait son entrée dans la salle du Foirail de Chemillé. Vitalic nous avait fortement conquis avec son album Rave Age sorti en 2012 puis avec sa tournée VTLZR dans la foulée. On attend beaucoup de lui ce soir. Comment peut-il faire mieux ? Nous ne mettrons que peu de temps à le découvrir. Vitalic n'y va pas avec des pincettes et dès le début ça tabasse sévère. Au dessus de la scène, une forme lumineuse mobile accompagne parfaitement les beats envoyés. On est comme transporté par cette création qui nous donne une impression de 3D. Les formes lumineuses s’enchaînent au-dessus du DJ et donne une atmosphère totalement planante au show. Pouah !!! Cette scénographie est tout aussi ambitieuse que celle de la tournée précédente. Un vrai régale. Coté son, l'album « Voyager » qui sort en janvier prochain s'annonce être dans la même lignée que le dernier d'après l'avant goût qu'il nous a été donné. C'est très puissant, ça cogne mais toujours avec une touche de musicalité qui nous enferme dans une bulle. Le DJ fait monter la pression petit à petit pour nous faire exploser. J'aurais souhaité que ce show ne se termine jamais. On est tellement bien, on s'oublie et on ne pense plus à rien durant une telle prestation. Que ce soit avec les titres de Rave Age comme « Rave kids go » ou ceux de « Voyager », on est parti très très loin.

L'énorme prestation de Vitalic a mis un terme a une très belle édition automne des Z'éclectiques. S'il est dommage que la petite scène ne soit pas assez mise en valeur, on a constaté aucune fausse note dans la programmation. Fidèle à l'éclectisme - dont le festival porte le nom – et avec une programmation d'une grande qualité, l'équipe nous a concocté une soirée de malade que nous n'oublierons pas. Un grand merci à tous les organisateurs.

Copyright © Fanny Poiron
Copyright © Fanny Poiron

 

Par Florent le 14/10/2017

Ajouter un commentaire